La sacralité des choses

By Mohamed Ben Ouirane - juillet 01, 2021

 

Déconstruction du discours des "experts" qui veulent enseigner l'islam comme une "simple" discipline 

Les  approches qui veulent à dénaturer le Message comme Révélation divine:


- L’approche historique ou scientifique 

"J’explique, je me place en tant qu'"historien" et non en tant que "religieux", j’analyse" est une approche limitée. Lire le Coran à "la lumière" des sciences humaines, sociales est une démarche erronée car comment une science peut-elle « éclairer » le Livre, Le Rappel Sage, le Discernement (qui sont les autres noms du Coran) ?   


Les sciences et les savoirs sont inspirés aux Hommes par la Volonté de Dieu, cela va dépendre de ce que l’on va faire avec. Ce ne sont évidement pas les sciences et les savoirs qui peuvent permettre de comprendre le Message coranique mais c’est le Message coranique qui permet de comprendre la raison d’être des sciences et des savoirs.


"Et pas une graine dans les ténèbres de la terre, rien de frais ou de sec, qui ne soit enregistré dans un livre explicite". Le Saint - Coran (6-59)


Le Saint-Coran rassemble le fonctionnement de notre monde ("qui ne soit enregistré dans un livre explicite"en ce sens, il est la mère de toutes les sciences.


- Considérer l’islam comme « une connaissance » est une erreur selon les critères de la connaissance car l’islam n’est pas une discipline mais une croyance ("dîn"). Sinon, si elle est connaissance, alors il faudrait préciser alors qu'elle est la « Connaissance suprême » (ce qui n’est pas précisé dans les approches dites « scientifiques »)


"Aujourd'hui j'ai parachevé pour vous votre religion, j'ai complété mon bienfait sur vous" Le Saint-Coran (5-3)


Toute hérméneutique a besoin de rester fidèle et non d'apporter des éléments extérieurs au Coran lui-même.


Par ailleurs, le terme "critique" appliqué au Livre nous amène à penser qu’il ne s’agit que d'une volonté détournée de participer à l'attaque des croyants en se servant des sciences. 


Déconstruction de l’approche profane

Ces approches "limitées", "limitantes" ne reconnaissant pas la Révélation comme une Vérité (haqq) ont pour but de déplacer les questions sociales et économiques sur le champs théologique et religieux. Le souci ? On cherchera des réponses liées à l’islam là où il est question de manquements politiques, de failles sociales, et de déséquilibres économiques (dont la religion n'est pas responsable..) En Europe, les questions qui touchent les croyants sont liées aux discriminations, aux inégalités, à leur réputation et à leur honneur....


En même temps, on ne peut dire qu'il y a "l'Histoire" d'un coté et "l'islam" de l'autre puisque l'islam intègre déjà l'Histoire puisqu'il relate l'Histoire des prophètes (entre-autres)


L’islam n’est pas « un phénomène religieux » et il n y a pas  "des" textes fondateurs mais « un » seul qui est le Coran et ensuite vient le corpus des récits prophétiques.


L’approche pédagogique correcte serait de reconnaitre la lignée prophétique, les piliers de la foi en islam, les piliers de l'islam, la loi, le spirituel avant tout, les arts suivant.


Mon opinion est que toute approche profane, si l'on est croyant(e) ne peut être appliquée que sur des textes littéraires ou historiques. (Et encore, même ces deniers portent une dimension sacrée)


MB - notes philosophiques


  • Share:

You Might Also Like

0 commentaires