(Re)découvrir abou kacem chebbi (poésie)

By Mohamed Ben Ouirane - juin 17, 2021

Ci-dessous quelques vers de abou kacem chebbi.

« Lorsque je tends vers un but,
je me fais porter par l’espoir
et oublie toute prudence ;
Je n’évite pas les chemins escarpés
et n’appréhende pas la chute
dans un feu brûlant.
Qui n’aime pas gravir la montagne,
vivra éternellement au fond des vallées ».

Et lorsque je demande à la Terre :
« Mère, détestes-tu les hommes ? »
Elle me répond :
« Je bénis les ambitieux
et ceux qui aiment affronter les dangers.
Je maudis ceux qui ne s’adaptent pas
aux aléas du temps et se contentent de mener
une vie morne, comme les pierres.
Le monde est vivant.
Il aime la vie et méprise les morts,
aussi fameux qu’ils soient.
Le ciel ne garde pas, en son sein,
Les oiseaux morts
et les abeilles ne butinent pas
les fleurs fanées.
N’eût été ma tendresse maternelle,
les tombeaux n’auraient pas gardé leurs morts ».

La vie se fait
Et se défait
Puis recommence.
Le rêve des semences émerge de la nuit,
Enveloppé de la lueur obscure de l’aurore,
Elles demandent :
« Où est la brume matinale ?
Où est le soir magique ?
Où est le clair de lune ?
Où sont les rayons de la lune et la vie ?
Où est la vie à laquelle j’aspire ?
J’ai désiré la lumière au-dessus des branches.
J’ai désiré l’ombre sous les arbres »

La lumière est dans mon cœur et mon âme,
Pourquoi aurais-je peur de marcher dans l’obscurité ?
Je voudrais ne jamais être venu en ce monde
Et n’avoir jamais nagé parmi les étoiles.
Je voudrais que l’aube n’ait jamais embrassé mes rêves
Et que la lumière n’ait jamais caressé mes yeux.

Autre noms de la poésie tunisienne contemporaine: Amina Saïd, Samir Mestiri, Aïda Hamza, Mokhtar El Amraoui, Ahlem Sabina, Abdennebi Ben Beya, Inès Ammar, Moncef Ghachem, Samia Kassab-Charfi, Ahmed Ben Dhiab, Ibtihel Sghir, Ridha Bourkhis, Rym Abdelhaq., Monia Boulila.

  • Share:

You Might Also Like

0 commentaires