Qui Sont les Vrais Charlatans? (Cultures...)

By Mohamed Ben Ouirane - juillet 03, 2020



La médecine moderne a montré ses limites, et ce depuis plus d'une dizaine d'années (même si le processus a commencé depuis longtemps). Dans les sociétés « modernes », tout ceux qui auront quelques connaissance dans la medeçine traditionnelle seront considérés comme des charlatans (et les experts seront désignés comme des gourous). (Par les premiers ou relayeurs de ces premiers), or dans les sociétés traditionnelles, ce sont plutôt les medeçins modernes qui sont considérés comme les vrais charlatans! (exploitant, testant, portant, parfois, des solutions inefficaces). Alors que même dans les sociétés dites modernes, la demande de soin traditionnels s’est accrûe..

Si cet engouement s’est accélérée c’est aussi la responsabilité de la medeçine conventionnelle qui a régréssé, et très rares sont les médecins qui ont intégrés des outils de medeçine douce dans leur exercices. (même pas en "complément" aux traitements classiques)

Car occulter les medeçines traditionnelles, c'est (préçisement) cela l'abandon d'une démarche scientifique sérieuse. Ce qui est « irrationnel », c’est de considérer la medeçine douce comme une « cuisine » d’illuminés alors qu’elle est reconnue et de plus en plus suivie par ceux qui la pratique. Les ingrédients de cette medeçine puise directement dans la nature ce que les grands laboratoires recherchent indirectement par de la chimie et souvent entraînant des effets secondaires incontrôlés.
(Même sur le plan commercial, de nombreux médicaments mettent en avant les vertus d’une plante alors qu’ils sont connus, utilisés, adoptés dans des villages en Inde, en Amazonie, en Afrique depuis des siècles….)

Il faudrait que la medecine dite moderne (je ne critique les médeçins en tant qu'homme mais la medeçine en tant que contenu) se remette en question en séparant ce qu'elle peut améliorer (et y intégrant les éléments de medecine traditionnelle) et ce qu'elle a acquis pour sûr (comme les vaccins, le soin intensif par réanimation, les anti-septiques, certains antibiotiques, etc)

Notes courtes - MB.

  • Share:

You Might Also Like

0 commentaires