Hommage à un homme de Lettres latino-américain (Re-publication)

By Mohamed Ben Ouirane - décembre 05, 2019


Hommage à Ruben B. Saguier (1930 -2014)

Lorsque j'ai croisé la route du poète Rubien Bareiro Saguier, il était embassadeur du Paraguay en France (dans les années 2000). Il nous avait réservé la salle à La Porte des poète pour un récital, en plusieurs journées, dont une s'est déroulée (et ce ne fut pas la dernière) à la Maison de l'Amérique Latine, rue Solférino. Autant vous dire que le décor sillonnant entre le grégorien et le haussmanien, avec des portraits et des décors parsemés d'objets et de manuscrits liés à l'Histoire de l'Amérique Latine, ne pouvait nous laisser que mieux préparer à entrer en "scène". La poésie du Rubén était un art à lui seul, c'était une voix de l'Amérique latine, paraguayenne, et de son histoire. Cette expérience fut enrichissante. La lecture de ses textes par lui même, en espagnol et en français, aussi portée par les comédiens-partenaires, nous transportait dans son pays, dans son histoire, et sa géographie. Bénéfique, parce que je notais qu'un diplomate pouvait se "confondre" avec un artiste. Entre les deux, il y'avait l'Homme. Je ne connaissais pas les réalisations du diplomate pour son pays, mais ce que je perçu, c'est que la trace qu'il a porté, a donné un donné un sens de plus à la littéraire en l'Amérique Latine. Cette rencontre aussi fut amicale, parce qu'il m'a répondu lorsque je lui ai dis que j'étais tunisien (et d'autres discussions à ce sujet) après la lecture d'un écrit en espagnol et en arabe, par la suite, ou bien avant aussi, nous avons partagé la scène par des lectures, avec l'éditeur Mr Luis del rio donoso.

L'artiste est un passeur, un témoin de l'Histoire, ce qu'était ce monsieur et ancien ambassadeur du Paraguay. Son apport dans l'écriture se situe au niveau de la métaphore, du minimalisme, et du réalisme.
.
MB

  • Share:

You Might Also Like

0 commentaires