Vers le "monothéisme pur" - spiritualité

By Mohamed Ben Ouirane - septembre 22, 2019



J'ai écris un certain nombre d'article sur ce sujet, qui appelle des connaissances trandisciplinaire, sociologie, anthropologie, histoire, théologie (de prime abord). L'interaction religion et culture est à la fois simple et complexe.

Culture/cultures/foi
-Toute révélation s'exprime dans un cadre culturel de référence, ensuite, c'est au croyant de construire son propre rapport au monde. Il se peut qu'il soit né dans une culture (différente), à lui de conserver sa culture de départ, car elle est constituante de son équilibre mental et psychologique. L'adhésion à la foi, n'est pas l'effacement de la ou les cultures, au contraire, l'islam, embrasse les cultures sans les effacer, mais en les intégrant, et en les nettoyant des souillures de l'idolatrie. 

Rester libre
La soumission à une nation devenant nationalisme s'incrit contre le monothéisme divin.
La soumission à un chef, représentant, dirigeant d'un ordre, sans liberté, sans usage de ses connaissances et de sa réflexion, peut conduire à une polythéisme caché. Un monothéisme "officiel", mais une soumissions à des individus qui font leurs lois à leurs façons.

Le savoir, contre la manipulation
D'où l'importance d'inclure le savoir dans son cheminement. ("Les savants sont les héritiers des Prophètes, et les Prophètes n'ont pas laissé comme héritage des dinar ou des dirham mais ils ont laissé la science") 
De plus, la religion est large, elle ne se limite au culte (ibada) mais à l'action dans le champs du réel. C'est pourquoi, il est nécessaire de ne pas confondre la religion (dîn) avec la théologie (Quiraa et dîn). Tous les croyants ont pour vocation d'être dans la religion, mais tous n'ont pas la vocation de venir des savants. (Fiqh, étude de la sharia, tafsir, etc, nécessitent un chemin théologique). 

Il existe (bien-entendu) des niveaux différents de connaissances dans l'échelle du savoir (ilm)

Ce n'est pas pour rien que l'envoyé de Dieu (Pbsl) a préçisé que le savoir est un obligation pour tout croyant.

MB (réflexion de 2016)

  • Share:

You Might Also Like

0 commentaires