Skip to main content

L'Orient et l'Occident, entre "répulsion" et "attractivité"


Analyse d'une identité cosmopolite et métissée


Préparer un avenir

La question au présent concerne ce « sentiment d’appartenance » que l’on porte à une culture, une histoire, des événements, qui fonde l'identité première d’une nation. Ceux qui sont nés en France même si leurs parents sont nés dans d'autres pays ont embrassé la nation française. En d’autres termes, le lieu naissance détermine la culture de départ de l’individu. (Il y’a une sacralité autour de ce lieu, qui n'est jamais anodin)

Par ailleurs, le « sentiment d’appartenance » peut se situer sur la culture des parents -ou des grands parents, ou à une culture "d’adoption", parfois exotique, que l’on a aimé, ou que l’on apprécie. C’est une culture de la « découverte » pouvant devenir une culture d'« adhésion ».

L’Orient et l’Occident fonctionnent en mode "répulsion/attractivité". Ils sont à la fois en "concurrence" mais aussi: "on se copie", on "s’imite", en même temps qu'on s’oppose. On voudrait être "comme l’autre", mais aussi "être meilleur" que lui. Tout n’est pas qu’amour, mais tout n’est pas que haine non plus...

Etre soi avec les autres

On le constate avec la Chine présentée comme un « danger », une « menace », un « méchant loup » dans un certain nombre d'articles de presse en  France. Derrière cette attitude vis-à-vis d’un nouvel entrant sur la scène économique mondiale, se cache aussi un rapport de coopération étroite, vis-à-vis de la culture chinoise, de ses traditions, de ses savoirs-faire, à travers la philosophie de Confucius..adoptés par tant d'Européens. 

Le monde d’aujourd’hui n’est pas cadenassé, limité, dessiné, de manière claire. Les frontières sont floues. Demain, c’est par la diplomatie de « petits écarts » et « de grands écarts », prenant en compte ce "flou" que pourront se réaliser le dialogue et la coopération. Ce "flou" est humain. Seul l'humain est capable de nuancer, pour pouvoir "survivre" avec les siens.

Au niveau politique, économique, géopolitique, culturelle, une « diplomatie nuancée », intégrant le multi-culturalisme, le cosmopolitisme, les spécificités de micro-sociétés traditionnelles, seront à prendre en compte si l’on veut que les discussions aboutissent.

Les peuples au final, sont autant complexes que chacun des individus qui les composent.

Cependant une chose est sûre, seul le respect, permet de construire les ponts, le respect de l'histoire, de l'autre, de sa civilisation.
-
Mohamed Ben Ouirane
Ecrivain

Popular posts from this blog

L'art poétique est-il inutile en ce monde ?

Est-ce qu'il y'a encore de la "place" pour la poésie aujourd'hui ? On souhaite laisser croire que la poésie dans une période "incertaine" est une activité inutile ? Alors on peut répondre "non" comme pour ne pas montrer qu'on est offusqué..."absolument pas"! je pourrais le crier !
En fait, elle est inutile dans le sens où elle ne prétend pas apporter une certaine "utilité" dans un monde déjà bien encombré techniquement..la poésie est là non pas pour être "utile" mais pour "libérer".
Libérer" l'imagination.
Libérer les rêves.
Libérer les émotions...parce que toute libération est le premier chemin qui mène à la liberté!
Voilà un "but" de la poésie...ne pas chercher en avoir un absolument. L’obsession du but n'est pas dans la nature poétique. Il ne s'agit pas non plus de prôner une "désobéissance sociale" mais d'essayer de vivre en étant porté par elle.
Les soci…

Lola, la candide...

Aujourd'hui, Lola vient d'avoir 16 ans, mais elle veux déjà en avoir plus. "Plus" de "plus". Plus de mieux. Sans attendre. 

Si Lola pouvait avoir son diplôme, sa voiture, un vrai "boulot", en même temps, elle aurait dit oui et ce tout de suite. Or, pour le diplôme, il faut le temps des études, pour la voiture, le permis est nécessaire... le vrai boulot quant à lui nécessite quelques faux boulots...parce que dans la vie on n'obtient pas toujours ce que l'on aime sans passer par ce que l'on déteste. Sans qu'on le lui dise pourquoi, Lola est de fait toujours triste....

Lola vient d'avoir 18, ou 20 ans, mais elle vit, sans avoir les "outils" pour comprendre, dans la société déjà comme une jeune femme de 30! Elle connait déjà toutes les histoires de mariage et de divorce...Aussi, elle vient de sortir d'une cure de dépendance à l'alcool après avoir été en même temps prise en charge par les services sociaux pour toxico…

Le harcèlement moral n'est pas moral...(société)

J'ai rencontré beaucoup de gens dans ce genre de situation au cours de ma vie "d'observateur" de la société et peut-être, en connaissez-vous vous aussi, au fil de plusieurs détails analysés, il m'a parût opportun de l'aborder avec le plus d'attention
Au sein même de notre "tribu", le harcèlement moral existe et prends de l’ampleur (je ne parle pas du fait d'"insister" qui peut être acceptable mais de "pression morale") dans certaines familles dans les cercles larges fraternels et amicaux. Il faut pourvoir reconnaître cette dérive, la nommer, et ainsi mettre la limite. Le harcèlement moral n'est pas moral.

Le harcèlement moral n'est pas conforme à la religion
D’abord, notre religion interdit toute pression morale sur quiconque. Le Saint-Coran invite à la méditation, à l’action. Il interdit la violence sous toutes ses formes. Le Prophète (Pbsl) était inspiré pour répandre la paix à travers la Révélation. 
On ne peut …