21 avril 2017

Te souviens-tu du temps passé ? (Education)


Beaucoup de personnes ont tendances se comportent comme de vrais machines lorsqu’il s’agit des relations humaines. Pourtant l’être humain, dans sa complexité la plus grande, ou dans son harmonie la plus minutieuse, est tout sauf un "tablette de pc". Notre société nous façonne de manière à réagir strictement comme des (ou se prennent pour) des "dargvador", "des robots" intégrants et effaçant des données. Qu'on le veuille ou non, l’être humain possède une mémoire, une mémoire du cœur, à l’intérieur de soi, où les sentiments vivent. Cette mémoire constitue un capital important. La fidèlité des principes auxquels nous croyons ou pas, sont liés à cette mémoire. On peut dire que celle-ci "conscience". Dans les relations humaines, des gens peuvent se séparer après vingt-ans comme s’ils ne s’étaient pas connu pour un différent. Ils ont mis de côté tous leurs sentiments, et ont effacés tout leur vécu! . Beaucoup de spécialistes disent que cela peut prendre la forme de maladie par la suite. 
Se remémorer, ce n’est pas se focaliser sur ce qui est passé, sans prendre en compte le contexte qui a changé, c’est donner sens à ce que l’on est, à soi,  sa croyance, par le souvenir. Sans souvenirs, nous devenons des données, où bien des somnambules. Sans mémoire, sommes-nous vraiment nous-mêmes ? Où alors, peut-être, nous ne valons pas plus que ces petits poissons rouges que nous faisons tourner à dans les bocaux..

Pour sortir de cette amnésie, il faut creuser à l’intérieur de soi. Méditer sur son passé, s’interroger sur son existence, et constitue un moyen de redonner vie à ses valeurs.

Voici quelques questions que l’on peut se poser :
- Jusqu’où je peux être fidèle dans mes relations humaines, c’est-à-dire sans me compromettre ?
- Quelles relations dois-je développer avec les miens ? Mes camarades ? Ceux que j’aime en général ?
- Est-ce que mon bonheur n’est pas plutôt aussi liés aux souvenirs en moi ?

Accepter ses souvenirs, permet en fin de compte de mieux s’en libérer. C'est ce type de questionnement qui nous permet, sans doute, de retrouver la part d’humanité, qui nous élève vers le meilleur, et réduit la part strictement technique de nos relations interpersonnelles. Se souvenir, pour savoir ce qu’il faut oublier. Se souvenir, pour ne pas réitérer les oublis. Se souvenir, pour se remémorer la sacralité d'être humains dignes qui nous caractérise.