Articles

Affichage des articles du septembre, 2016

La "connaissance", capital immatériel

Image
Nous avons pris l’habitude dans notre quotidien, de donner un droit à « chaque chose » : le travail, le loisir, l’information, etc. La “connaissance”, comme capital immatériel, permet sans cesse d’explorer sans cesse l’infini. De ce fait, elle ne peut être caduque puisqu’elle se nourrit, de l’humain, de la nature, de la réflexion.
Nous remarquons que les civilisations qui ont construit ces trente dernières années sur de la connaissance, comme programme éducatif, se sont très vite développées économiquement, culturellement. C’est le cas d'un pays comme le japon, qui a investis dans les brevets, dans les années quatre-vingt ou la chine dans les années quatre-vingt dix.
Dans le monde de l’entreprise, le marketing, le web, ont donné des google, des yahoo, et toute une économie numérique qui a vu le jour depuis quelques temps (digitalisation, data clients, etc, etc..)
Malgré tout, ce capital immatériel, doit prendre une « direction ». Il doit permettre de produire dans le réel. P…

"La joie et le bonheur.."

Image
“Il demande alors au Semeur d'émotion : “Mais qu’est ce que la joie?” - Dans la vie, la “joie” est importante, mais elle oscille. Elle est éphémère. Elle a besoin d'être portée par la paix intérieure. - Alors la joie n'est pas nécessaire dans la vie ? - Ne te poses pas la question à savoir si tu es “joyeux”, mais si tu es “heureux”. Car le bonheur nécessite de passer par des chemins douloureux qui peuvent attrister, mais au fond, nous sommes heureux d'avoir pris ces risques qui nous ont mené au bonheur. - Alors la joie est accessible à chacun !? - Trop de gens maquillent leurs états d'âmes par de la “joie”. Certains peuvent paraître dans la difficulté ou la tristesse, mais nous aimerions tant choisir leur liberté si nous connaissions les sacrifices qu'ils ont consentis pour aller en quête du “bonheur”. Il est important de manifester sa “joie”, même si elle est intérieure, mais chercher à être heureux, est certainement un plus grand besoin..car la véritable…

"Ceci te correspond" ?

Vous avez peut-être entendu ceci: "ceci te correspond, c'est pour toi, tu es fais pour ça...". Il y'a parfois du vrai dans cette affirmation, surtout lorsque cela vient d'un ami ou d'un proche. Cependant, lorsque cela devient un slogan, et que ce slogan décide à votre place de ce que vous voulez faire ou devenir, cela peut devenir problématique. Quel chemin prendre ? où aller ?

En effet, qui de mieux est placé que le bon Dieu et soi-même, pour savoir "ce pourquoi l'on est fait". Cette formule ne correspondrait pas plutôt à notre destinée ? Il y'a donc besoin de penser le chemin à partir de soi-même, de dessiner ses rêves personnels, à la lumière de ses envies, de construire son propre projet.

C'est à chacun de décider avec le plus d'autonomie, ce à quoi il souhaite ressembler. Le rêve de chacun n'est pas le souhait d'un autre.

On peut dire alors que ce qui te donne la joie, le plaisir, et la paix intérieure, n'est-ce pas…

Musulman d’Orient et d’Occident : de la culture au langage

Image
Et si nous mélangions trop souvent  « culture » et « religion » ? Essayons de distinguer et rappeler simplement leur définition, pour permettre un meilleur dialogue dans notre société. Essayons. La "religion" est liée à la spiritualité de chaque individu ou bien à un groupe de personnes. Le mot "religion" en français n’existe pas dans son équivalent en "arabe". C'est le mot "dîn". Le mot « dîn » englobe un champ large qui va : de l’individu à la société, mais aussi toutes les interactions entre les individus et la société. Cela va donc du comportement du croyant, jusqu’à la manière dont il va s'occuper de ses affaires commerciales ou personnelles. Le mot « religion » en français n'est donc qu’une partie du mot « dîn » en arabe. Cela étant dit, la culture est donc intégrée à la religion selon la conception musulmane du monde. L’islam donc embrasse la ou les cultures. Rappelons que selon la religion, toute culture est disons « nutritiv…