22 mars 2016

"Migrants": faciliter l'accueil

"Migrants" : faciliter l'accueil
Sortir de la stigmatisation
Un "procès" ! pour les "migrants", au nombre de huit, en janvier 2016, qui se sont introduits dans un ferry. Carrément, comme si la problématique majeure est leur présence dans le Nord de la France. Bien entendu, nul doute que c'est enfreindre la loi que de pénétrer avec force dans un ferry; cependant, leur donner un mois de prison ferme, alors qu’ils viennent de conditions difficiles fuyant la barbarie dans leurs pays, semble totalement insensé, et surtout disproportionné par rapport à tous les problèmes à résoudre actuellement en France. L’instrumentalisation de leur présence, car il s'agit bien de cela, est devenue plus importante que la nécessité de leur intégration à leur arrivée. Il s’agit d’une énième stigmatisation, d'abord par l’appellation, en tant que « migrants », on fait oublier de cette façon, qu’il s’agit d’"hommes et de femmes", au destin brisé, par la dictature, soutenue par les pays Européens. (Il s’agit presque d’un groupe « anonyme », devenu indésirable), et dont la médiatisation par ce procès, ne fait qu’accentuer.
Il faudrait fournir les bonnes conditions d’accueil, pour éviter in facto, l’expression de toute forme de désarroi, cessons alors, de leur faire le "procès" de plus.
 
Enfin, ce que cache cette "instrumentalisation", c’est le souhait d’accroître les pensées d’extrémistes de Droite dans toute l’Europe, en brandissant la pancarte de la crainte, du danger constant, menace, tantôt "corporelle", tantôt "culturelle". C'est dire l'état de notre société actuelle, l'état de l'Europe, et la gestion des conséquences géopolitiques et humaines, humanitaires.

M. BEN OUIRANE.