L'ère de la démesure


Information de masse et connaissance réelle.
 
Il y‘a quelques années, les débats étaient de meilleure qualité et niveau, sociologique, économique, politique, et l’on pouvait apprendre et comprendre les opinions des uns et des autres.

Aujourd’hui, un incident, aussi grave soit-il, prends les antennes du matin au soir pendant trois jours successivement, sans relâche.

Aucun recul pour de l’analyse, des images, et peu de réflexions. C’est l’ère de la démesure.

On peut acculer au début les médias, ensuite, parler de responsabilité et d’éthique dans les écoles de journalisme, mais je tends à dire, que c’est la civilisation occidentale, et même orientale, par ailleurs, qui va vers le moins bon de ce qu’elle peut produire. Nous n’avons plus vraiment d’interlocuteurs fiables, à part des idéologues qui font leur carrière au jour le jour, prenant avec eux, les milliers, voire des millions de personnes dans leurs pensées, qui n’ont pas tous le temps de comparer, de raisonner, de méditer toutes les actualités du monde.

Les journaux gratuits, les chaînes d’informations courtes, sont le “résultat civilisationnel” du rapport à l’information, et de la relation nouvelle entre les états et de quelques intérêts, en général.

Il ne suffit pas simplement les discréditer, ce qui ne rajouterait que de l’eau à leur moulin, mais rappeler les vrais intérêts qui se cachent derrière l’information de masse, « fastfood » aujourd’hui, de la véritable connaissance.

février 2015.
M. BEN OUIRANE

Posts les plus consultés de ce blog

Un monde cosmopolite.

La place inutile de la poésie

Métaphore du poète qui renaît