LA COP 21 : Entre enjeux et espoirs


La COP 21 (Conférence Of Parties), 21ème réunion, est un évènement qui se tiendra au mois de novembre à Paris, autour du réchauffement climatique et la réduction de l’effet de serre dans notre monde. L’idée est de mettre à réalisation le protocole de Kyoto. L’année dernière la rencontre s’est déroulée à Lima au Pérou. Tout le monde se souvient aussi de la COP 15 à Copenhague au Danemark. Toutes ces conférences sont des occasions où les idéaux peuvent être mises à exécutions. Les chefs d'états se rencontrent et les décisionnaires de multiples disciplines y sont invités. Le climat est un enjeu du présent et non plus du futur. Il est lié à notre alimentation d’aujourd’hui, mais aussi à l’écosystème dans son ensemble. Cependant, faut-il se souvenir que prendre en compte les réalités du changements climatique, sans remettre en cause le modèle de développement économique actuel, où l’on construit toujours plus d’usines, partout, ne changera pas d’une conférence à une autre?. C’est à chacun de nous de consommer autrement, de produire autrement Le climat, suivra naturellement. Notre mode de fonctionnement humain est imparfait par nature, contrairement à la nature, réglée minutieusement. Les réponses climatiques par des séismes qui se multiplient, des tornades, des marées sont le fruits de nos actes. En changeant nos actes, notre écosystème de fait, se règlera par la lui-même. On n’agit pas "sur le climat", mais sur ses causes. Nous ne devons pas craindre le climat de demain, mais faire attention simplement à nos actes aujourd'hui. Si ses causes sont abordées lors de ces conférences, et des décisions sont prises, avec un suivi et des pénalités pour ceux qui ne les suivent pas, il n'y'a pas de raison que ces sommets n’aboutissent pas.  L’espoir est donc de mise.
Cependant, si ces sommets se transforment en scènes médiatiques politiciennes, ou bien si des artistes de la scène internationale viennent se présenter comme dans un défilé de mode, très certainement, la COP 21 laissera l’image d’une conférence où la sensibilité écologique, restera, une fois de plus, réservée aux utopistes, ou aux éclaireurs, sans lumières.
Il faudra pour se faire être aussi prudent que confiant. On dit bien « confiant », car c’est quand même une rencontre positive pour un monde meilleur.

Mohamed Ben Ouirane.

Posts les plus consultés de ce blog

Un monde cosmopolite.

La place inutile de la poésie

Métaphore du poète qui renaît