Contemplation des espaces.



C’est par la tiède rencontre des jours et des
Cercles d’attentions que l’on retrouve
La fraternité tiède des gestes anodins
La grandeur de l’espace.

Le temps marié à la nature première
Et ma plume qui se perd dans
La description de cette grandeur.

Elle se retrouve lorsque, cahiers rangés,
Se dévoile sous nos yeux
La beauté d’un espace sans horizon.

Embrasser l’infini, c’est aussi cela croire.

Métaphores contre l’oubli,
C’est aussi cela porter la mémoire et
La conscience dans
Les mots.

---
Voeux: 
Que ce cycle nouveau 2013 nous
apporte Santé, Amour, et Joie!

Posts les plus consultés de ce blog

Un monde cosmopolite.

La place inutile de la poésie

Métaphore du poète qui renaît