Miroir



L'homme est le miroir de lui même
La route sinueuse de ses souvenirs
Ses doutes, ses voyages, ses fatigues,
Ses cris dans le silence dissimulé

A l'aube de ses espoirs
Sa voix et ses gestes soupirent à son regard
Le feu d'une sensible maturité
Errant, il transforme ses hasards en voyageurs...

Il est un épi dans un champs de vent
Un tracé d'enfant dans un idéal rapide
L'Homme, réceptacle luisant
Cherchant sans cesse l'étincelle sans fin

Où aller ? où déposer son épaule-orreille ?
Sur quel laurier ? quel anneau d'ange à décerner?

L'Homme est fleuve de vécu, au souffle de croire
Il gémit, pince, éteint, allume ses sentiments, pour rêver
Et sans cesse se libérer...

Posts les plus consultés de ce blog

La place inutile - notes

Changer - Evolution systémique du mode de gouvernance

Métaphore du poète qui renaît