Matinale



Ce chant de la nuit
Où ère une seconde,
Ce jour où le parfum luit
Je suis devenu l'ami du vent
Le regard du vent sur l'âme du temps…

Parce que là s'achèvent les rayons
Ce lac où chante une brève coutumière
C'est le pagne du temps
Ce chant de la nuit
Où ère une seconde
Tu planes mon enfant...
Les rayons du jour t'orne de lumière
Et le fruit doux de ta humble conversion
Est un feu qui accompagne mes prières
Au nom de cet instant
Ce chant où le souvenir
Est perle de lumière
O mon enfant…
Je joue par les mots
Pour que ce souvenir s’achève
C’est la vie simplement…

Posts les plus consultés de ce blog

La place inutile - notes

Métaphore du poète qui renaît

La formule secrète de l'art - Notes