A l'ombre des rues


Voilà la pierre qui parle
Le chemin visible devient évidence de pleine lune
Mon passé se meut
Au contour d'une rue
Libéré de l'erreur-neptune
A la lueur de croire, à la lueur de vivre
S'accroche, au croisement des chemins perdus
En regardant en arrière
Ma vie qui me rappelle...

Au coin des ombres, la main de lumière
Aux rires, aux rives de l'oubli
Au court terme des joies si courtes...

Et toujours cette main de lumière,
Au milieu de toute part,
Qui guide...

Posts les plus consultés de ce blog

La place inutile - notes

Changer - Evolution systémique du mode de gouvernance

Métaphore du poète qui renaît