Sérénité


Venue de loin, je te sens prêt
Dans la tanière de mon souffle
Et mon cœur s’est éveillé
Contre ce qui le camouffle

Venu de loin, sentie de prêt
Gouttant à tous les gouffres
De l’être humain éprouvé
Durant sa vie il souffre

Venue de loin, sentie de prêt
Dans mon regard, s’ouvre
Un autre regard plus secret
Ayant vu le mal se dissoudre

Venue de loin, sentie de prêt
Rendant mes épaules lourdes
Parfums de l’au-delà secret
D’une oreille jadis sourde

Venue de loin, sentie de prêt,
Me protégeant de la foudre
Des anges et une armée
Partout me couvrent

Venue de loin, sentie de prêt
Après peine le découvre
Tout chemin de paix
Dans mon jardin s’entrouvre.

Posts les plus consultés de ce blog

Un monde cosmopolite.

La place inutile de la poésie

Métaphore du poète qui renaît